identité
paysagère

La montagne Sainte-Victoire est un des paysages emblématiques des Bouches-du-Rhône. Les limites de l’unité paysagère sont au nord la RD10 et le piémont du plateau du Cengle au sud.

Dimensions
20 km d'est en ouest et 8 km du nord au sud
Altitude maximale
1011 m au Pic des Mouches
Altitude minimale
156m à Palette
Superficie
110 km²
Population
7 810 habitants
(Insee 12/2020)
Relief
massif calcaire

L’actualisation de l’atlas des paysages confirme en grande partie les limites de l’ouvrage de 2006 à quelques nuances près. C’est l’entité géographique qui est retenue comme critère déterminant les limites de l’unité paysagère. Elles se positionnent ainsi au pied des versants pour les massifs.

Les adrechs du Petit Sambuc, la Tête du Marquis et la Keyrié sont ainsi rattachés à l’unité paysagère du massif du Concors et Bèdes Vautubière.

Les limites de l’unité paysagère de la montagne Sainte-Victoire sont au nord la RD10 et le piémont du plateau du Cengle au sud.

La montagne Sainte-Victoire est un des paysages emblématiques des Bouches-du-Rhône par la fascination qu’elle a notamment exercé sur nombre d’artistes. S’il est difficile de parler de la Sainte-Victoire sans évoquer Paul Cézanne, elle a inspiré d’autres peintres et écrivains.

Paysage emblématique aussi dans ce qu’elle marque les horizons du département. Depuis l’ouest, le sud ou l’est, sa silhouette se dresse au-dessus de l’horizon, véritable figure de proue étincelante par le blanc de ses calcaires qui s’imprègnent des couleurs du jour et du temps.

Mais la montagne Sainte-Victoire ne se limite pas aux abrupts rocheux, elle recèle également une multitude de paysages agraires autour de villages ou de hameaux lovés dans leur écrin boisé.

 

L’atlas des paysages de 2006 la décrit en ces termes :

Image forte, identitaire du pays d’Aix, la montagne Sainte-Victoire n’est pas seulement l’un des plus beaux sites géologiques de la Provence. C’est l’un de ces lieux magiques hanté de mythologies dont l’universalité a été signifiée au travers du génie de Cézanne. Bien lisible dans le grand paysage, l’extraordinaire masse minérale de la montagne se détache du piédestal du plateau du Cengle.

Communes

Beaurecueil
Châteauneuf-le-Rouge
le Tholonet
Saint-Antonin-sur-Bayon
Saint-Marc-Jaumegarde
Vauvenargues
Partiellement
Aix-en-Provence, Meyreuil, Puyloubier, Rousset

Premières impressions

Le monument naturel a été révélé au monde comme une œuvre d’art par la force du génie de Cézanne, dont le nom est indissociable de la montagne Sainte-Victoire.

Les écrivains

Jacqueline de Romilly a su faire partager l’enthousiasme de ses promenades autour de la montagne Sainte-Victoire « Cézanne a peint indéfiniment la masse claire de la montagne, comme une apparition, comme un but, comme une fin vers laquelle tout converge. C’est le miracle de Sainte-Victoire que cette luminosité de pur rocher et cette façon qu’elle a de se détacher, précise et légère, au-dessus de tout le reste, attirant ainsi le regard ».

Francis Ponge en 1958 : « À tout seigneur tout honneur. Et donc à cette masse calcaire marmoréenne, de formes aujourd’hui magnanimement adoucies, qui culmine à mille cent mètres, dressant entre deux torrents du bassin de l’Arc sa paroi formidablement abrupte du côté du sud(…) Que serions-nous devenus sans elle ? »

Raymond Jean : « Étrange montagne, dressée dans un pays de plaines et de collines, à la fois objet de lumière et point de convergence des regards, rempart, sauvegarde, horizon, signe et monument de la nature… »

 

Les peintres

La première représentation de la montagne Sainte- Victoire est anonyme et datée de 1686. La montagne figure en arrière-plan lointain dans une représentation de la chartreuse de Sainte-Marthe. La Sainte-Victoire n’est peinte pour elle-même qu’à partir de 1825 par Granet. Paul Guigou sera également inspiré par la montagne. Les artistes de l’École Provençale, Loubon, Grésy, Eygalières, reprendront inlassablement ce thème. Mais c’est le génie de Cézanne (1839-1906) qui l’immortalisera. Paul Cézanne écrivait à Joachim Gasquet : “Regardez cette Sainte-Victoire, quel élan ! Quelle soif impérieuse de soleil ! Et quelle mélancolie, le soir quand toute cette pesanteur retombe ! Ces blocs étaient du feu… Il y a encore du feu en eux… »

Couleurs de l'unité

Jaune, roux, ocre, blanc, vert et rose de l’architecture ; ocres et ocres rouges des sols ; verts sombres des pinèdes et des chênaies ; vert argent, vert bleuté des oliveraies ; vert tendre, jaune et roux des vignes ; les bleus des lacs ; le blanc éclatant et gris de la falaise de Sainte-Victoire…

sous-unités
paysagères

Les sous-unités paysagères individualisent des paysages qui composent une unité paysagère et font valoir des spécificités au sein de l’unité.

structureS
paysagèreS

Un paysage agraire dispersé de terroir sec

C’est un paysage de petites vallées sèches, cultivées en petites parcelles imbriquées dans les boisements et les collines. La déprise agricole est visible et les friches s’étendent sous la forte pression foncière.

Sur le plateau du Cengle, une trame lâche de haies couvre les cuvettes. Le petit parcellaire cultivé se serre autour des mas. Les pâtures à moutons occupent les sols caillouteux. Le paysage agraire de la vallée de Vauvenargues est une composition hétérogène de friches, d’oliviers sur restanques, de vignes et de céréales. Autour du Tholonet et dans la plaine de Beaurecueil, la polyculture subsiste avec des céréales, du maraîchage et le vignoble de l’AOC « Palette ». Le finage est morcelé, semé de petits mas et de cabanons.

De vastes surfaces de céréales, de vignes et de fourrages s’étendent autour de Châteauneuf-le-Rouge.

 

Le paysage bâti

Les villages et le patrimoine bâti : chaque finage s’organise à partir d’un hameau aggloméré autour d’un château avec quelques bastides et mas dispersés. Il en est ainsi à Saint-Antonin-sur-Bayon, Beaurecueil, Le Tholonet, Vauvenargues, Saint-Marc-Jaumegarde.

Des hameaux (Les Bonfillons, Les Artauds, Le Bouquet et Palette) se sont développés autour de grandes propriétés ou le long d’un axe de circulation.

Les éléments d’accompagnement : des mas et des bastides structurent le paysage : arbres d’alignement ou isolés, jardins, pigeonniers, puits, portes d’entrées, clôtures et haies. Des oratoires et des chapelles marquent les flancs de la montagne. Ils soulignent le caractère sacré des lieux. Ils accompagnaient autrefois le parcours des pèlerins vers l’ermitage du sommet.

 

Les sites des villages

Saint-Antonin s’est établi sur un léger éperon qui domine la vallée du Bayon. Il est surplombé par la falaise sud de la Sainte-Victoire et par l’oppidum et la colline du Devançon. C’est la seule commune au cœur du massif où l’on ressent à ce point la présence de la montagne. Autour d’une bastide du XVIIIe siècle se serrent l’église de la même époque, l’école et la mairie.

Le hameau du Bouquet forme un ensemble pavillonnaire autour de quelques maisons anciennes.

Le Tholonet est construit à proximité du magnifique parc arboré du château du XVIIIe siècle dans un havre de fraîcheur. L’eau abondante de la Cause alimente bassins et fontaines. Le parc, aux majestueux alignements de platanes, est l’une des promenades favorites des Aixois.
Saint-Marc-Jaumegarde est un harmonieux ensemble bâti autour de son magnifique château du XVIe siècle, sa mairie et son école, situés non loin du ruisseau du Prignon.

Le hameau des Bonfillons serre ses maisons autour d’une ruelle et d’une placette. Un habitat pavillonnaire s’est implanté au Plan-de-l’Orgue.

Vauvenargues est implanté en position légèrement dominante, à mi-pente sur l’adret de la vallée de l’Infernet, face à la montagne. Le château du XVIIe siècle qui barre la vallée attire le regard.

caractérisation
paysagère

La couverture végétale 2006 La couverture végétale  2018

• focus sur les milieux naturels

La montagne Sainte-Victoire présente d’importants contrastes qui en font son originalité et sa richesse écologique.

Une opposition saisissante du couvert végétal entre :

  • Le versant sud très minéral avec d’imposantes parois verticales. Ces formations rupestres (falaises, rocailles, lapiaz, éboulis), exposées sud et très ensoleillées, abritent une flore méditerranéenne thermophile aux affinités parfois ibériques,
  • Le versant nord très boisé avec des couverts de chênes pubescents et de chênes verts denses. Ces ubacs renferment également des formations arbustives riches en cotonéasters (5 espèces différentes) dont certaines rares comme le cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis) ou le cotonéaster de Nébrodes (Cotoneaster tomentosus).

 

Une opposition entre flore méditerranéenne et flore montagnarde. Le secteur est globalement caractérisé par une flore méditerranéenne, parfois exposée à des conditions xériques extrêmes. Mais l’altitude de la montagne permet également de trouver une forte influence climatique montagnarde mise en évidence par la présence d’espèces méditerranéo-montagnardes présentes en Haute-Provence, telles que le genêt de Lobel (Genista lobelii) et la santoline de Provence (Santolina decumbens). Les pinèdes à pins d’Alep et les garrigues affichent toujours des surfaces importantes, surtout en adret. Les pelouses sont également très présentes, issues de l’héritage du pastoralisme ; pelouse à brachypode rameux (Brachypodium ramosum), pelouse à stipe chevelue (Stipa capillata) sur les crêtes ou à brome érigé (Bromus erectus) dans les lisières boisées.

Enfin, cette unité renferme également des milieux humides très intéressants sur le plateau du Cengle : sources du Bayon, suintements dans le secteur du col des Portes et systèmes de mares temporaires et de prairies humides sur tout le plateau. Tous ces milieux renferment une flore remarquable : orchis d’Occitanie (Dactylorhiza elata var. occitanica), ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), polygale grêle (Polygala exilis)…

Pour la faune, la variété des milieux et les vastes espaces naturels de ce territoire sont sources d’une grande diversité : le criquet hérisson, espèce endémique de Provence, l’aigle de Bonelli, l’aigle royal ou encore le loup, ainsi qu’une multitude de papillons patrimoniaux (diane, proserpine, azuré du serpolet, zygène cendrée…).

Les atouts et fragilités posent les bases des enjeux et des pistes d’actions. Il s’agit de mettre en avant tel composant de paysage ou telle structure dont les transformations pourraient porter atteinte à la qualité et à la valeur de l’unité paysagère.

Les atouts et fragilités de la montagne Sainte-Victoire sont intimement liés à la qualité de ses paysages de nature et de ses terroirs. Sa naturalité et sa minéralité ont exercé, et exercent encore, une fascination auprès d’artistes. Sa qualité paysagère est reconnue par le label Grand Site de France mais cette montagne est aux portes de la métropole d’Aix-en-Provence et desservie par l’autoroute A8. Cette position peut être à l’origine de pressions urbaines aux franges du périmètre du site classé.

La montagne offre des lieux de pratiques sportives adaptées à tous, des amateurs aux experts, dans un cadre exceptionnel (randonnée, escalade), des paysages contrastés et variés porteurs de tourisme de découverte et culturel, né de sa renommée internationale avec l’inlassable travail pictural de Paul Cézanne ou littéraire d’Emile Zola. Elle offre également le cadre paysager d’un habitat rural aux portes d’une grande agglomération.

• Les atouts

  • Une diversité de paysages entre vastes étendues de nature et terroirs agricoles.
    Une géologie singulière faiseuse de paysages exceptionnels.
  • La renommée internationale de ses paysages.
  • La proximité avec la ville d’Aix-en-Provence.
  • Le caractère villageois de ses communes.
  • Le label Grand Site de France.

• Les fragilités

  • La sensibilité au risque incendie des espaces forestiers.
  • La pérennité de l’activité agricole.
  • Une attractivité par sa situation aux portes de l’agglomération aixoise qui a fait se développer l’urbanisation.
  • Un habitat périurbain qui se développe.

• Carte des infrastructures

La morphologie d’anticlinal compact de la montagne a contraint le réseau routier qui s’est inséré dans ce que le relief offrait comme possibilités. Les routes empruntent les vallons ou les espaces en plateau.

Exceptions faites de l’autoroute A8 qui traverse à la marge l’unité paysagère et de la RD7N, les axes de déplacement sont des routes peu larges et sinueuses. Trois axes sont orientés est-ouest et suivent l’orientation donnée par le relief. La RD10 et la RD17 empruntent les vallons et vallées creusées respectivement par la Cause et le Bayon.

La RD7N, ancienne RN7, circule au pied du plateau du Cengle. Cet axe très emprunté (jusqu’à 16 000 véhicules par jour*) offre de larges panoramas sur la vallée de l’Arc quand les autres routes de l’unité traversent les paysages plus intimes des fonds de vallons ou des petites vallées.

Les longues portions rectilignes de la D7N mettent en scène les paysages ouverts des vignobles et des champs de céréales traversés. Les zones bâties sont souvent masquées par une végétation arborescente et se devinent furtivement derrière la végétation. En 2021, la route fait l’objet de travaux de requalification et d’un recalibrage de la chaussée pour être conforme au trafic supporté.

L’autoroute A8 a profité de la cluse de l’Arc pour trouver un point de passage. Implanté en surplomb, il se détache du profil resserré et étroit des gorges ; impression ressentie en circulant sur le tracé historique de la D7N qui empruntait le fond de la cluse.

Dynamiques
d'évolution

Occupation des sols en 2006 Occupation des sols en 2019

• occupation des sols

L’unité paysagère de la montagne Sainte-Victoire évolue essentiellement dans ses paysages de nature et agricoles. Des espaces ont été remis en culture.

En 2017, un incendie a détruit 47 hectares environ au lieu-dit la Pinade à Puyloubier*.

Le développement de l’urbanisation affecte essentiellement les espaces en périphérie de l’unité paysagère et provient des communes riveraines comme Vauvenargues et Rousset.

Les évolutions sont modérées, témoins des actions engagées par le plan de gestion et de préservation du Grand Site Concors-Sainte-Victoire.

source : données SDIS, ONF et DDTM sur geo.data.gouv.fr

Clé de lecture

Le graphique exprime les évolutions paysagères et urbaines de l’unité paysagère, entre 2006 et 2021.

Il rend compte d’une manière synthétique des évolutions que porte l’unité paysagère.

Le gradient attribué à chaque item est le fruit d’observations de terrain, d’analyses cartographiques et de données.

L’analyse est quantitative.

Dans cet exemple, la surface de la forêt n'a pas évolué.

• fACTEURS d'évolution

L’unité paysagère de la montagne Sainte-Victoire est avant tout un ensemble marqué par ses espaces de nature, que ce soient les vastes boisements de son ubac ou les falaises et éboulis de ses adrets.

L’homme s’est installé dans les petits vallons et sur les replats de son relief. Les villages se sont ainsi organisés en pied de montagne ou sur les plateaux, celui du Cengle ou du Claps. Beaucoup de ces regroupements d’habitation ont conservé leur caractère villageois.

Le label Grand Site de France, attribué par l’État, reconnaît une gestion vertueuse conciliant la préservation des paysages et du patrimoine architectural et « humain ». Le label a été attribué pour la première fois au grand site Concors Sainte-Victoire en 2004, après une démarche territoriale motivée par le grand incendie de 1989. Il a été renouvelé en 2011 puis en 2019, et prévoit la mise en œuvre d’un plan de paysage.

Les missions engagent le gestionnaire dans des actions pour :

  • Gérer les forêts et l’espace rural pour prévenir les incendies*.
  • Connaître et protéger la nature*.
  • Préserver et valoriser le patrimoine culturel, bâti et paysager*.
  • Accueillir le public et gérer la fréquentation.*

Les actions sont les garantes d’une évolution maîtrisée pour ce qui est des éléments de paysage anthropiques. L’urbanisation est modérée, réservée aux abords de la RD7N en marge de la montagne et aux périphéries immédiates des villages.

 

Les facteurs d’évolution sont :

  • Les dynamiques des milieux naturels.
  • L’agriculture.
  • Le tourisme.
  • Le classement Grand Site de France dans sa fonction de gestion.

source : www.grandsitesaintevictoire.com

• Les dynamiques urbaines

Les dynamiques urbaines restent sur ce territoire relativement modérées et très localisées. Elles correspondent à l’expansion en continuité des zones habitées existantes et à l’implantation de petites zones d’activités.

Le modèle reste celui de l’habitat individuel. À proximité d’Aix-en-Provence, de petits collectifs ont formé un nouveau quartier à l’entrée du Tholonet le long de la RD64C.

La population a augmenté de 11 % sur l’ensemble de l’unité paysagère passant de 7 014 habitants en 2006 à 7 810 habitants en 2020*, mais cette augmentation s’est opérée de façon inégale. En effet les villages du Tholonet et de Beaurecueil n’ont vu leur population augmenter que de 4 à 5 % tandis que les hausses les plus marquées (+15%) ont eu lieu à Vauvenargues, Châteauneuf-le-Rouge. Saint-Marc-Jaumegarde détient la plus forte hausse avec +20 % de croissance démographique en 14 ans.

Châteauneuf-le-Rouge et Saint-Marc-Jaumegarde sont directement sous l’influence de l’aire urbaine d’Aix-en-Provence. La proximité géographique de la cité aixoise et la bonne desserte viaire, doublée de transports en commun, explique l’attractivité de ces communes qui offrent un cadre de vie calme et campagnard à portée d’une ville qui met à disposition les emplois et tous les services et équipements.

 

Impacts

  • Consommation d’espaces forestiers.
  • Proximité des zones urbaines et des espaces forestiers.
  • Augmentation des besoins en équipements et services.
  • Diffusion de l’habitat sur les versants.

* source INSEE 2006 avec mise à jour en 2009 et chiffres de décembre 2020

• Les dynamiques économiques

L’agriculture

L’activité agricole tient un rôle essentiel dans la diversité des paysages, rôle d’autant plus marqué au sein d’une unité paysagère où les espaces de nature prédominent. L’agriculture crée ici des micro-paysages intimes, ceints d’espaces forestiers. Ces terroirs au cœur de la montagne se découvrent au détour d’une route. Insoupçonnés, ils créent des effets de surprise dans la découverte de la montagne.

L’agriculture ouvre des espaces de prairie en ubac, y révèle des fonds de vallon. Sur les adrets, les paysages agricoles sont autres. Sur le plateau du Cengle se prolonge le vignoble de la Haute Vallée de l’Arc agrémentant les piémonts de la falaise.

Les évolutions sont modérées. Quelques surfaces ont disparu, principalement au plus près des zones habitées, tandis que de nouvelles parcelles ont été remises en culture, avec des prairies en ubac.

Impacts

  • Ouvertures dans les espaces boisés.
  • Micro-paysages agraires.
  • Maintien de la diversité des paysages avec prairies en ubac et vignes en adret.

 

Les énergies renouvelables

L’énergie renouvelable exploitée sur cette unité paysagère est le solaire. Le site d’extraction des Bréguières a donné lieu à l’implantation d’un parc photovoltaïque à l’arrêt de son activité. Le développement de cette énergie, nécessaire à la transition énergétique, interroge quand il se fait au détriment d’espaces naturels. Les impacts sur les paysages sont alors importants et à l’origine de véritables cicatrices paysagères.

Le Schéma Régional Éolien classe en zone de sensibilité majeure le massif de la Sainte-Victoire incluant les piémonts de Puyloubier. La partie sud de l’unité paysagère extérieure à tous périmètres n’est cependant pas identifiée comme potentielle à l’éolien*.

Impacts

  • Destruction de milieux par déboisement et défrichement pour le solaire.
  • Impact visuel pour les espaces en vis-à-vis et les vues dominantes.

 

Le tourisme

La montagne Sainte-Victoire est l’occasion d’un tourisme culturel et sportif induisant un afflux de visiteurs.

Des circuits touristiques font découvrir la montagne sur les pas de Cézanne et Zola. Beaucoup de chemins de randonnée permettent de parcourir la montagne. L’escalade y est aussi pratiquée. Il faut pour cela accueillir les visiteurs. Le Grand Site Concors Sainte-Victoire gère l’accueil des visiteurs. Les aires d’accueil sont discrètes mais la fréquentation a des répercussions sur ses milieux.

Impacts

  • Affluence de véhicules aux départs des sentiers de randonnée.
  • Piétinement, surcreusement des sentiers, sentes sauvages.
  • Dégradation de la végétation par piétinement et cueillette sauvage.
  • Nuisances et dérangements sonores.
  • Déchets et pollutions diverses.

 

Les activités tertiaires, commerciales et artisanales

Même si leur développement reste modéré, l’autoroute A8 et la RD7N ont bénéficié à l’implantation de petites zones d’activités. Relativement contraintes par le relief, elles ont transformé les paysages de la cluse de l’Arc profitant d’évasements ou de replats sur d’anciennes terres agricoles que l’encaissement des gorges rendait peu rentables.

Entre le rond-point de l’échangeur autoroutier et Palette, des activités diverses se sont installées : entre tertiaire et petites surfaces commerciales. Les bâtiments affichent une architecture homogène de qualité (La Galante), témoins de l’efficacité du plan de gestion du Grand Site pour la préservation de la qualité des paysages.

Impacts

  • Transformation des paysages de la cluse.
  • Augmentation des flux routiers.
  • Empreinte visuelle des bâtiments.
  • Désorganisation des abords pour les implantations isolées.

• Les dynamiques des milieux naturels

Lentes dans leur processus d’évolution biologique ou brutales en cas d’incendie, elles ont, pour la montagne Sainte-Victoire, un rôle important dans les transformations des paysages, notamment du fait de l’étendue des massifs forestiers.

L’impact sur les populations riveraines de l’incendie de 1989 a été marquant. Parce qu’il a touché un paysage emblématique des Bouches-du-Rhône, cet évènement a enclenché la démarche d’adhésion au label Grand Site de France. Un des objectifs du plan de gestion est la protection du risque incendie. Après cet épisode, des campagnes de replantation ont été menées mais le taux de reprise a été au final très faible. Cela a été l’occasion de réflexions sur la pertinence du reboisement. Avec cette expérience, les services gestionnaires optent pour une régénération spontanée qui offre de bien meilleurs résultats.

La lutte contre les incendies induit la mise en place d’aménagements spécifiques : citernes et pistes DFCI*. Ces aménagements, indispensables pour la préservation des massifs boisés, peuvent être cicatriciels. Le Grand Site Sainte-Victoire a été précurseur pour définir des mesures assurant l’intégration des aménagements de lutte contre les incendies.

L’analyse des cartographies aériennes montre un enfrichement de parcelles anciennement cultivées.

Impacts

  • Bandes déboisées pour création de pistes DFCI* et coupes feux.
  • Largeur conséquente des pistes pour le passage des engins d’intervention.
  • Mise en place de citernes et d’aires de retournement.
  • Enfrichement de parcelles cultivées délaissées.

*DFCI : Défense des Forêts Contre les Incendies

enjeux &
pistes d'action

Les évolutions constatées permettent d’établir les enjeux. Les enjeux sont les aspects des évolutions qui préoccupent les acteurs du territoire, les gestionnaires et/ou les populations.

Sensibilité visuelle

La montagne est le relief structurant majeur de l’est du département. Elle marque l’horizon du Pays d’Aix et est en covisibilité proche ou lointaine avec les plaines alentour et les autres massifs comme l’Étoile, le Régagnas et la Sainte-Baume.

La chaîne principale comme les versants des contreforts (Cengle, Bibémus…) sont ainsi en covisibilité avec les espaces urbains et les terroirs périphériques. Ces espaces fortement perçus sont donc extrêmement sensibles.

Les modifications des structures paysagères et les changements du couvert végétal, du fait d’une utilisation ou d’une occupation nouvelle des espaces, ont une incidence majeure sur la perception visuelle des sites.

Les perspectives majeures des grands panoramas et l’ouverture ou le cloisonnement des paysages ménagent de beaux effets de découverte sur la Sainte-Victoire, en particulier à partir des routes d’accès et dans le parcours du site. Il y a une sensibilité particulière des premiers plans et des arrières-plans dans ces perspectives depuis l’ouest, le sud-ouest, le nord-ouest et le sud-est.

L’ensemble de l’unité de paysage est d’une sensibilité majeure par rapport à l’implantation d’éoliennes.

 

La sensibilité écologique

Les milieux exceptionnels de la montagne Sainte-Victoire sont d’un très grand intérêt biotique : sols squelettiques, milieux rupestres, pinèdes, garrigues et ripisylves des vallons. Ces espaces naturels, très sensibles à la surfréquentation, présentent un risque élevé d’incendie.

L’identité villageoise

La qualité et la valeur paysagère de la montagne Sainte-Victoire sont aussi liées à ses formes urbaines. Si la diffusion de l’habitat est un processus relativement modéré, il a malgré tout eu lieu, notamment autour de Vauvenargues et Saint-Marc-Jaumegarde. Les extensions en périphérie des noyaux villageois peuvent désorganiser la structure urbaine du village groupé.

Ailleurs, sur l’adret de la montagne, les actions de gestion du patrimoine bâti engagées par le Grand Site montrent leur efficacité dans la préservation des paysages. Les modèles architecturaux sont en harmonie avec le vocabulaire traditionnel, même pour de petits habitats collectifs.

Les effets sur les paysages sont pluriels. S’ils se concentrent sur les espaces hors périmètre du site classé, ils sont en revanche les premiers plans perçus :

  • Fragmentation des versants boisés.
  • Perte de lecture de la silhouette villageoise.
  • Banalisation des caractères architecturaux avec la répétition de modèles standardisés et de caractères architecturaux étrangers aux palettes locales.
  • Densification du maillage viaire nécessaire à la desserte des nouveaux quartiers.
  • Exposition au risque incendie par la proximité habitat / forêt sans espace tampon.

 

Le maintien de l’activité agricole

Au-delà de sa fonction économique, l’agriculture tient un rôle important dans le maintien de la valeur paysagère. Les paysages agricoles fonctionnent ici comme des respirations au cœur des boisements et participent à la gestion du risque incendie. Certains se découvrent au gré des parcours et ménagent des effets de surprise au cœur des espaces forestiers. Ils valorisent également une géomorphologie singulière, comme les vignes sur le plateau du Cengle.

L’activité agricole maintient une partie de la diversité des paysages avec les motifs paysagers de ses vignes et prairies. Elle porte aussi l’activité touristique notamment celle de découverte des vignobles et de leurs domaines. Elle met en valeur des éléments de relief que le couvert forestier estompe : fonds de vallons, replat dans une pente…

  • Maintien d’espaces ouverts au sein du couvert forestier.
  • Gestion du risque incendie.
  • Création de micro-paysages rythmant les parcours.
  • Espaces de biodiversité des prairies.

 

Les activités de loisirs et touristiques

Véritable économie, elle maintient la vitalité des villages. Le Grand Site Concors Sainte-Victoire organise et gère l’accueil du public, avec notamment la mise en place de circuits de découverte thématiques (« sur les pas de Cézanne », les vignes sur les terres de Cézanne, les ocres de Bibémus…), ou encore les parcours de randonnée. De très nombreux parkings répartissent les flux de véhicules mais les enjeux se portent sur la pratique des espaces naturels car si l’accueil peut être regroupé et organisé et les chemins balisés, des « échappées » des sentiers restent malgré tout possibles. Toutefois, une partie en cœur de massif est interdite au public. Il s’agit des 140 hectares de la Réserve naturelle nationale géologique de Sainte-Victoire, créée en 1994 et située dans le Parc départemental de Roques-Hautes.

  • Dégradations potentielles des milieux naturels.
  • Vitalité et rayonnement du territoire grâce au tourisme mais afflux de visiteurs.
  • Risque incendie par malveillance et/ou négligence.

 

Les espaces forestiers

Les répercussions du grand incendie de 1989 ont été importantes, tant du point de vue écologique que psychologique, pour les populations riveraines et même au-delà.

32 ans après l’événement, la nature a montré sa capacité de résilience et de régénération spontanée. Le couvert forestier a repris sa place sur les pentes de la montagne.

Par ce qu’ils portent comme aménités, la préservation des espaces forestiers est un enjeu majeur pour la montagne Sainte-Victoire.

L’efficacité des mesures prises dans la gestion du risque et l’accueil du public ne doit pas faire oublier la fragilité de ces milieux.

  • Valeur et qualité paysagère de la montagne.
  • Valeur écologique.
  • Espaces de parcours pour le sylvo-pastoralisme.
  • Très forte sensibilité au risque incendie.
Les périmètres de protection en 2021

Maintenir la lisibilité de la silhouette villageoise et accompagner et limiter le développement de l’habitat individuel

Organiser les nouvelles extensions en assurant la cohérence entre formes historiques et nouvelles.

Ne pas déconstruire la silhouette d’un village par des volumes bâtis en rupture avec la trame urbaine (orientation, gabarit…).

S’appuyer sur des structures paysagères : ripisylves, alignements d’arbres, haies, boisements, etc.

Avoir une gestion économe des sols et encourager des formes urbaines compactes.

Limiter l’effet « mitage » des boisements en pensant densité et forme.

Assurer la continuité avec la trame urbaine existante.

Aménager les interfaces avec les milieux forestiers pour assurer leur préservation et limiter les risques pour les biens et les personnes.

Promouvoir une qualité architecturale conforme à l’identité locale pour éviter la répétition d’un modèle standardisé.

Éviter des matériaux et des couleurs étrangers aux palettes locales.

Maîtriser le développement urbain le long des axes routiers

Aménager des coupures d’urbanisation pour éviter les continuums urbains et la perte de lecture des limites.

Composer les nouveaux paysages des abords.

Éviter la succession des zones d’activités et commerciales et aller dans le sens de leur mutualisation.

Contrôler l’affichage : enseignes, panneaux publicitaires…

Maîtriser le développement des énergies renouvelables et des infrastructures énergétiques

Tenir compte des impacts sur les paysages : déboisement pour l’implantation de fermes photovoltaïques.

Encourager le solaire en toiture.

Tendre vers l’enfouissement des lignes HT et THT les plus prégnantes dans les perceptions : en crête, en plaine.

Préserver les massifs forestiers et accompagner les grands espaces de nature

Poursuivre les actions du Grand Site Concors Sainte-Victoire pour l’insertion dans le paysage des aménagements de lutte contre les incendies : pistes DFCI, citernes…

Poursuivre les aménagements qui permettent les accès au site et les campagnes de sensibilisation auprès des usagers. Informer, communiquer pour faire connaître et respecter les milieux et habitats naturels ; y compris au sujet des espèces exotiques envahissantes (information des riverains).

Aménager pour préserver les milieux des dégradations liées à la fréquentation et aux pratiques de loisirs : piétinement, déchets, sentes sauvages…

Privilégier l’accès aux espaces de loisirs par des moyens alternatifs à la voiture : modes doux, navettes… pour limiter les besoins en aires de stationnement notamment.

Maintenir des espaces tampon entre les zones habitées et les boisements : prairies, parcelles cultivées…

Soutenir et valoriser le sylvo-pastoralisme pour le gain dans l’entretien des paysages et la gestion du risque incendie

Aider les éleveurs en place et accompagner les nouveaux projets.

Maintenir des surfaces suffisantes aux parcours.

Faciliter la mise en place d’équipements/bergeries, nouvelles zones de parcours…

Valoriser l’agriculture pour son rôle dans l’entretien des paysages et le maintien de la qualité paysagère

Encourager une agriculture diversifiée qui participe à la multiplicité des paysages.

Soutenir l’agriculture de proximité pour la reconstitution des circuits courts et favoriser les pratiques extensives respectueuses de l’environnement..

Encourager la reconversion de friches en cultures.

Encourager la réhabilitation des bâtiments d’exploitation traditionnels et la préservation du petit patrimoine bâti : puits, cabanons, murs en pierre…

Département des bouches-du-rhône - Copyright © 2022

Hôtel du Département  – 52 avenue de Saint Just, 13 256 Marseille Cedex 20