identité
paysagère

La chaîne de la Fare est un petit massif calcaire couvert de garrigues rases. Elle matérialise la séparation entre la vallée de la Touloubre et la plaine de l’Arc.

Dimensions
20 km d'est en ouest et 4 km du nord au sud.
Altitude maximale
283 m, au Long d'Eyriès
Altitude minimale
6 m à la centrale hydro-électrique de Saint-Chamas
Superficie
76 km²
Population
3 762 habitants
(Insee 12/2020)
Relief
massif calcaire

La chaîne de la Fare est constituée de petits chaînons calcaires arqués qui viennent effleurer la rive de l’étang de Berre à Saint-Chamas.

Ses garrigues rases composent des ambiances presque désertiques, sentiment accentué par les nombreux incendies qui ont décimé la couverture végétale. Plusieurs domaines se nichent au cœur de petits bassins ou sur l’adret au milieu de leurs exploitations de vignes ou d’oliviers.

À l’est, la chaîne se retourne vers le massif de l’Arbois et se referme par le Mal Vallat, affluent de l’Arc, laissant juste le passage à l’autoroute A8 vers Aix-en-Provence qui emprunte le même faisceau naturel que le canal de Marseille.

Deux infrastructures routières ont sectionné le relief : à l’ouest la RD113 et à l’est l’autoroute A7. La RD113 supporte un trafic dense ; elle relie deux bassins d’activités : Salon-de-Provence et Vitrolles. Sans avoir le profil d’une voie rapide, elle fonctionne néanmoins comme une coupure urbaine et paysagère. La traverser est difficile.

 

L’atlas des paysages de 2006 la décrivait en ces termes :

La chaîne de la Fare s’étire d’ouest en est entre le pays de Salon-de-Provence et l’étang de Berre. Elle se prolonge vers l’est le long de la vallée de l’Arc jusqu’à la plaine d’Eguilles.

Sa position en belvédère offre de magnifiques panoramas sur les environs.

L’unité se caractérise par un majestueux paysage d’indentations calcaires, de plateaux et de versants déserts au-dessus d’un étagement de parcelles cultivées depuis le piémont sec jusqu’à la plaine irriguée.

Sauvage et désolée, la chaîne sépare les deux espaces urbanisés et agricoles de la plaine de Salon-de-Provence et des rives de l’étang de Berre.

Une couronne d’oppida celto-ligures témoigne d’une occupation ancienne.

Communes

Coudoux
Partiellement
Cornillon-Confoux, Eguilles, La Fare-les-Oliviers, Lançon-Provence, Saint-Chamas, Ventabren

Premières impressions

Une ligne de collines barre l’horizon au sud de la plaine de Salon, puis plonge vers l’étang de Berre.

Une crête échancrée de falaises calcaires blanches et étincelantes au soleil ourle le haut des versants couverts du manteau vert sombre d’une garrigue rase, brousse aux épines acérées.

Un paysage fantastique aux rochers étranges de formes évocatrices contraste avec des piémonts cultivés d’oliviers, d’amandiers, de vignes puis de champs irrigués.

Depuis ce belvédère et son chapelet d’oppida se découvre l’un des panoramas des plus évocateurs de Provence.

Le paysage marie les vignes, les oliviers, les serres aux raffineries et à l’habitat le long du littoral de l’étang de Berre.

 

Regards sur la chaîne de la Fare

Les paysages ont été révélés par l’École Provençale impressionniste, autour de Loubon et de Seyssaud. Lumière et contrastes inspirèrent Ziem, Derain, Manguin, Guigou, Chabaud, Monticelli.

Couleurs de l'unité

Blanc des falaises et des éboulis, gris vert de la garrigue, vert sombre des chênes, vert tendre, rouille et or des vignes, argent des oliviers, jaune ocre et roux des champs et des talus.

sous-unités
paysagères

Les sous-unités paysagères individualisent des paysages qui composent une unité paysagère et font valoir des spécificités au sein de l’unité.

structureS
paysagèreS

Un paysage géomorphologique très minéral caractérise l’unité

La chaîne de la Fare correspond au flanc nord de l’extrémité du synclinal de l’Arc et de l’étang de Berre. La géomorphologie est dictée par l’étagement de formations calcaires et calcairo-argileuses du Crétacé, avec des calcaires fins à silex, des calcaires bioclastiques, des calcaires à madrépores et à rudistes. Quelques formations marneuses s’intercalent vers Saint-Chamas ainsi que des formations gréseuses vers Coudoux.

La structure géomorphologique détermine les caractères identitaires du paysage : puissance des abrupts et des pitons de calcaires durs qui émergent des versants de garrigue, espaces aplanis des sommets, vallons secs structurant les versants.

 

Un paysage végétal spontané de colline provençale

La garrigue rase est présente sur l’ensemble de la chaîne de la Fare.
Les incendies fréquents ont dégradé le couvert forestier qui ne subsiste qu’à l’état de quelques bosquets de pins d’Alep à l’ouest et au nord de Coudoux. Une pinède plus jeune se développe en ubac sur le versant au-dessus de Sibourg. La garrigue à chênes kermès est difficilement pénétrable. Les milieux rupestres à la végétation spécifique abritent une avifaune remarquable, favorisée par la proximité de milieux variés et de cultures, indispensables aires nourricières. Le couvert végétal ras détermine un paysage ouvert, ample. Des opérations de reboisement ont restauré certains secteurs des plateaux de Coudoux et de Camp-Long.

 

Un paysage agraire de piémont caractéristique de la campagne provençale

Le terroir sec des bas de pente est une conjugaison d’oliviers et de vignes.

Sur les sommets, au cœur de la garrigue des plateaux, quelques parcelles sont cultivées en oliviers ou en céréales souvent à des fins cynégétiques. Les pelouses des pâtures à moutons interrompent la monotonie des garrigues rases.

 

Le paysage bâti

Le massif de la Fare est un « désert » qui contraste avec ses abords cultivés et humanisés. Les domaines agricoles, comme les villages sont en effet implantés en périphérie des reliefs.

 

Les villages

Coudoux est le centre villageois directement lié à la chaîne. Il s’y adosse en adret. Son originalité tient à une forme urbaine en implantations linéaires le long d’une route.

Un bâti à un ou deux étages, implanté de part et d’autre d’une rue principale, caractérise l’architecture villageoise. La pente, légère, est traitée en étagement de larges terrasses. Le réseau de murets et de planches des terrasses donne sa physionomie au village.

L’autoroute A7 traverse la chaîne de la Fare pour ensuite se diviser en deux branches, l’une continuant vers Marseille et l’autre bifurquant vers l’est et Aix-en-Provence pour devenir l’A8. Cette infrastructure marque une limite paysagère coïncidant avec le resserrement de la vallée au droit de Coudoux. Le village se trouve enserré par l’ouvrage et séparé du reste de la plaine de l’Arc où se situe la commune de La Fare-les-Oliviers. Cette dernière bien qu’installée sur les adrets de la chaîne, déploie son urbanisation dans la vallée de l’Arc rattachant ses paysages à ceux de la plaine.

 

Le patrimoine bâti marque le paysage

Le patrimoine bâti marque le paysage avec les oppida de Constantine, les chapelles, la belle architecture des domaines sur les franges cultivées.

 

Les carrières anciennes

Dès l’Antiquité, l’exploitation de carrières de pierre de taille a été une activité « traditionnelle » à l’échelle artisanale : le pont Flavien à Saint-Chamas, la cathédrale d’Aix sont construits en pierre de Calissanne. Cette exploitation est à présent abandonnée.

caractérisation
paysagère

La couverture végétale 2006 La couverture végétale  2018

• focus sur les milieux naturels

Il s’agit d’une petite chaîne calcaire caractérisée par ses barres rocheuses, notamment dans le secteur de Calissanne et Château Virant. Les milieux ouverts y sont dominants et constituent, avec les milieux rupestres, les secteurs les plus riches en termes de biodiversité. Les autres formations végétales présentes, moins riches, sont les garrigues à chêne kermès (Quercus coccifera) ou à romarin (Rosmarinus officinalis) et l’omniprésente pinède à pin d’Alep (Pinus halepensis).
Les milieux ouverts, dominés par la pelouse à brachypode rameux (Brachypodium ramosum), sont d’une grande richesse floristique : ophrys de Provence (Ophrys provincialis), ophrys de Bertoloni (Ophrys bertolonii), gagée de lacaita (Gagea lacaitae), hélianthème à feuilles de marum (Helianthemun marifolium), liseron rayé (Convolvulus lineatus),…

Ce vaste ensemble naturel présente un intérêt majeur pour les chiroptères : il abrite la dernière cavité souterraine des Bouches-du-Rhône accueillant le murin de Capaccini (Myotis capaccinii) en hibernation. Cette cavité constitue aussi un site d’hibernation pour le grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum) et le petit murin (Myotis blythii). Le secteur est un important site de transit pour le minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii) avec des effectifs de plusieurs centaines d’individus observés chaque année. Des essaims mixtes avec le murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) y sont ponctuellement observés. La présence, en gîte, du murin cryptique (Myotis crypticus) et du petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) y est également mentionnée.

L’avifaune rupestre est bien représentée : aigle de Bonelli (Aquila fasciata), monticole de roche (Monticola saxatilis), grand-duc d’Europe (Bubo bubo), circaète Jean le Blanc (Circaetus gallicus),…

Enfin, on notera une particularité : la présence de deux petits crustacés aquatiques observés dans des mares temporaires du rocher du château Virant. Ces crustacés, adaptés aux assecs brutaux et aux fortes chaleurs, sont inscrits au livre Rouge de la faune menacée en France (statut NT « quasi-menacé »). Il s’agit de Tanymastix stagnalis et Branchipus schaefferi.

Les atouts et fragilités posent les bases des enjeux et des pistes d’actions. Il s’agit de mettre en avant tel composant de paysage ou telle structure dont les transformations pourraient porter atteinte à la qualité et à la valeur de l’unité paysagère.

• Les atouts

  • Des collines sèches presque désertiques.
  • Des piémonts et petits vallons redessinés par les vignobles.
  • La belle architecture des domaines au cœur de petits bassins cultivés.
  • Des vestiges, témoignages d’une occupation ancienne : oppida, stèles, ruines…

• Les fragilités

  • L’urbanisation des piémonts de Coudoux.
  • Des collines sèches sensibles au risque incendie.
  • Le statut d’un « entre-deux » : la chaîne de la Fare au relief modéré sépare deux vallées, celles de la Touloubre au nord et de l’Arc au sud qui portent un tissu économique dynamique.
  • Des sols considérés comme pouvant être consommés : déchetterie, centre d’enfouissement, carrière…

• Carte des infrastructures

C’est une petite unité paysagère peu occupée. La chaîne de la Fare sépare deux bassins agricoles et urbanisés et c’est ainsi qu’elle est traversée plus que parcourue. Ce petit relief calcaire d’altitude modérée présente pourtant des aspérités qui n’ont pas facilité l’implantation en cœur de massif.

L’urbanisation occupe les piémonts. Les routes le contournent et suivent les vallées, couloirs de communication naturels.

Les axes qui le traversent, tous d’orientation nord/sud, offrent de beaux panoramas sur l’étang de Berre ou la plaine de Salon-de-Provence.

La chaîne est aussi enjambée par de très nombreuses lignes Haute-Tension qui profitent de sa faible altitude. Ces lignes relient deux gros postes, celui de Roquerousse au nord à Salon-de-Provence et celui de la Gaillarde au sud à Vitrolles. D’autres faisceaux partent de l’usine hydro-électrique de Saint-Chamas.

Dynamiques
d'évolution

Occupation des sols en 2006 Occupation des sols en 2019

• occupation des sols

Les transformations les plus notables sont la colonisation d’un versant de la chaîne par de l’habitat. Cette zone d’habitat correspond à une des extensions de la ville de Lançon-Provence. Elle a pris la place de cultures arboricoles.

À l’ouest de Coudoux, des zones habitées ont empiété sur des cultures fruitières

Les autres évolutions portent sur des zones cultivées en piémont d’adret au-dessus de la commune de la Fare-les-Oliviers.

Clé de lecture

Le graphique exprime les évolutions paysagères et urbaines de l’unité paysagère, entre 2006 et 2021.

Il rend compte d’une manière synthétique des évolutions que porte l’unité paysagère.

Le gradient attribué à chaque item est le fruit d’observations de terrain, d’analyses cartographiques et de données.

L’analyse est quantitative.

Dans cet exemple, la surface de la forêt n'a pas évolué.

• fACTEURS d'évolution

Les collines sèches qui caractérisent l’unité paysagère de la chaîne de la Fare lui donnent un caractère presque désertique. À part quelques domaines isolés et le village de Coudoux installé sur son adret, l’unité paysagère est très peu occupée ni même convoitée.

La chaîne a subi des incendies qui ont remanié sa couverture végétale mais exceptées ces dynamiques naturelles, les facteurs d’évolution sont limités. Une attention doit être néanmoins portée à ses paysages.

La chaîne de la Fare est un lieu intermédiaire entre la vallée de la Touloubre et la plaine de l’Arc ; ses terres ne doivent pas être considérées comme consommables pour des installations peu valorisantes. Le centre d’enfouissement et la carrière de granulats pourraient le laisser supposer.

Si la chaîne de la Fare n’appartient pas aux paysages emblématiques des Bouches-du-Rhône, au même titre que les grands massifs calcaires des Alpilles, de Marseilleveyre, de la Sainte-Victoire, elle doit faire l’objet d’une attention pour que ne s’opère pas le sacrifice de ses paysages. Les nombreux vestiges témoignent d’une position stratégique.

Depuis ses crêtes, la chaîne permet d’embrasser du regard l’étang de Berre et les Alpilles. Ces lieux, propices à des promenades et randonnées, offrent des panoramas perturbés par des activités peu valorisantes pour le paysage.

 

Les facteurs d’évolution sont :

  • Les dynamiques naturelles.
  • L’urbanisation.
  • L’agriculture.
  • La sensibilité des espaces naturels au risque incendie.

 

• Les dynamiques urbaines

Du fait qu’une seule zone urbaine soit dans le périmètre de l’unité paysagère, les dynamiques urbaines sont modérées mais elles obéissent toujours à un même principe, celui de la consommation de sols agricoles.

Les évolutions peuvent venir des communes riveraines comme cela a été le cas avec Lançon-Provence évoqué dans le paragraphe des facteurs d’évolution.

Coudoux a eu une augmentation de sa population relativement conséquente, de l’ordre de 14 % passant de 3 292 habitants en 2006 à 3 762 en 2020*. C’est sous la forme d’habitat individuel que cette évolution se lit sur les paysages. Le Plan Local d’Urbanisme de la commune ouvre encore des zones à l’urbanisation ; à l’est et au sud entre les zones habitées actuelles et l’autoroute A8. Elles auront pour conséquence la disparition d’oliveraies.

Impacts

  • Consommation de foncier agricole.
  • Imperméabilisation des sols.
  • Diffusion de l’habitat en périphérie du centre de Coudoux.
  • Développement d’une végétation ornementale associée à l’habitat.

* source INSEE 2006 avec mise à jour en 2009 et chiffres de décembre 2020

• Les dynamiques économiques

L’agriculture

L’agriculture est une économie modeste à l’échelle de l’unité paysagère mais elle a un rôle important dans la qualité des paysages. Elle maintient des motifs paysagers au cœur de petits bassins comme celui de la Panière et autour de la bastide d’Astre. Les vignobles et les oliveraies sur l’adret autour de Coudoux contribuent au charme de la commune.

Mais cette activité est clairement menacée par les extensions urbaines et la transmission des exploitations.

Impacts

  • Une agriculture en régression soumise à la pression urbaine.
  • Des cultures représentatives de la Provence : vignes et oliviers.
  • Une activité pastorale au cœur du massif.

 

Les infrastructures •

Comme pour l’unité voisine de la vallée de la Touloubre, elles concernent le traitement des déchets avec le centre d’enfouissement dans le vallon de Vautubière en bordure de l’A7et la zone d’extraction de granulats.

Impacts

  • Remaniement du relief et excavations.
  • Cicatrices paysagères.

• Les dynamiques des milieux naturels

C’est sans doute ces dynamiques qui pourraient transformer le plus les paysages, compte-tenu de la surface importante d’espaces naturels au sein de l’unité paysagère. La chaîne de la Fare est régulièrement touchée par des incendies, sur de petites surfaces, mais cette récurrence peut porter atteinte aux milieux.

L’unité paysagère se caractérise par ses paysages ouverts. Un manque d’entretien, la disparition des zones pâturées peuvent permettre aux broussailles de se développer fermant peu à peu ces milieux et renforçant du même coup le risque incendie.

Impacts

  • Développement des formations forestières et arbustives des garrigues et fermeture des milieux.
  • Destruction d’espaces forestiers par les incendies.

Les projets futurs identifiés en 2006,
qu'en est-il en 2021 ?

À l’ouest de la chaîne, la Loi Littoral ne protège pas toute la zone des Creusets. Une cuvette de 50 à 100 ha, propriété d’EDF, a été aménagée en parc de loisirs et de pratiques sportives.
La centrale de Saint-Chamas est également exclue des espaces préservés au titre de la Loi Littoral.

Recherche de sites éoliens
pas de site connu en 2021.

Potentiel de développement des carrières et des décharges
agrandissement de la carrière et du centre d’enfouissement.

Extension de l’urbanisation diffuse
en cours.

Projet de dérivation amont du canal EDF et abandon de la centrale de Saint-Chamas
non réalisé.

enjeux &
pistes d'action

Les évolutions constatées permettent d’établir les enjeux. Les enjeux sont les aspects des évolutions qui préoccupent les acteurs du territoire, les gestionnaires et/ou les populations.

La sensibilité visuelle

L’unité de paysage constitue une coupure naturelle entre le bassin de la Touloubre, les rives de l’étang de Berre et, dans une moindre mesure, le Pays d’Aix. La chaîne ferme l’horizon au sud de la plaine de Salon-de-Provence. Les versants de Saint-Chamas à Coudoux limitent visuellement l’unité de paysage de l’étang de Berre.

Depuis les reliefs, des belvédères offrent de somptueux panoramas vers le sud. Vers le nord, l’ouverture de la plaine de Salon-de-Provence permet de larges perspectives jusqu’à la chaîne des Côtes.

Les versants périphériques sont fortement perçus : le risque d’impact visuel est grand face à un changement d’affectation ou une implantation nouvelle : l’impact des pylônes THT est à ce niveau démonstratif.

Le paysage des plateaux sommitaux est ouvert visuellement d’où une grande sensibilité : toute implantation développée en hauteur y sera très visible. Dans l’étude de cadrage des projets éoliens, la sensibilité à l’implantation d’éoliennes est jugée très forte sur la chaîne intérieure et majeure sur la chaîne littorale.

 

La composition paysagère de l’unité

Les piémonts cultivés, les restanques d’oliviers et les domaines viticoles, les versants de garrigue et les falaises calcaires composent un paysage particulièrement pittoresque. Sa sensibilité aux mutations, en particulier à l’urbanisation, n’est pas moindre.

Le paysage de la chaîne diffère de celui des unités voisines et ces contrastes affirment le caractère remarquable de l’ensemble de l’unité ainsi que son pittoresque.

 

La sensibilité des espaces naturels

La chaîne de la Fare présente un intérêt écologique exceptionnel. Le risque d’incendie est important pour ces sites xériques, à proximité de secteurs urbanisés.

Le paysages des piémonts

Coudoux est implantée en piémont du massif. La structure urbaine était celle d’un petit bourg ordonnancé le long de sa route principale puis regroupé autour de son église du XVIIIe siècle. Autour du village se répartissaient les domaines viticoles et oléicoles sur les lieux mêmes de leur exploitation.

La diffusion de l’habitat individuel a transformé le paysage de cet adret englobant, dans des nappes pavillonnaires uniformes, la composition urbaine d’origine.

Les effets sur les paysages sont pluriels :

  • Perte de lecture de la silhouette villageoise avec risque de continuum urbain.
  • Banalisation des caractères architecturaux avec la répétition de modèles standardisés et de caractères architecturaux étrangers aux palettes locales comme l’usage d’enduits blancs et d’ouvertures anthracites.
  • Densification du maillage viaire nécessaire à la desserte des nouveaux quartiers.
  • Désorganisation de la trame urbaine.
  • Disparition des paysages viticoles et oléicoles.

 

La pérennité de l’activité agricole

L’agriculture dans son rôle d’entretien des paysages tient un rôle important dans le maintien d’une production agricole reconnue. L’huile d’olive de Coudoux bénéficie de l’AOP huile d’olive d’Aix-en-Provence.

Le pastoralisme participe directement à l’entretien des collines et à la gestion du risque incendie.

  • Maintien des paysages cultivés des petits bassins.
  • Maintien des motifs paysagers de l’adret de Coudoux : vignes et oliveraies.
  • Lecture des subtilités d’un relief grâce à l’ouverture des surfaces pâturées.

 

Les espaces ouverts de nature

Ils sont les compléments des surfaces de parcours. Les collines sèches ont une forte valeur écologique par leur fonction de réservoir de biodiversité.

  • Valeur et qualité écologiques.
  • Très forte sensibilité au risque incendie.
  • Espaces de parcours pour l’activité pastorale.

 

Les périmètres de protection en 2021

Soutenir et valoriser le sylvopastoralisme pour le gain dans l’entretien des paysages et la gestion du risque incendie

Aider les éleveurs en place et accompagner les nouveaux projets,

Maintenir des surfaces suffisantes aux parcours,

Faciliter la mise en place d’équipements/bergeries, nouvelles zones de parcours…

Maintenir ou retrouver la lisibilité de l’enveloppe urbaine

Organiser les transitions entre ville et « campagne » pour maintenir la qualité des lisières urbaines.

Ne pas déconstruire la silhouette d’un village par des volumes bâtis en rupture avec la trame urbaine (orientation, gabarit…). Graduer les densités depuis la périphérie vers le centre.

Organiser les nouvelles extensions en assurant la cohérence entre formes historiques et nouvelles.

Accompagner le développement de l’habitat individuel et assurer la préservation des caractères architecturaux

Avoir une gestion économe des sols et encourager des formes urbaines compactes.

Limiter l’effet « mitage » des piémonts.

Promouvoir une qualité architecturale conforme à l’identité locale pour éviter la répétition d’un modèle standardisé.

Assurer la continuité avec la trame urbaine existante et penser des espaces publics continus comme élément de structure urbaine (rues, places, évasement…) et non en « poches » (voies en boucle).

Éviter des matériaux et des couleurs étrangers aux palettes locales.

Accompagner une réécriture contemporaine de l’architecture traditionnelle.

Valoriser l’agriculture pour son rôle dans l’entretien des paysages et le maintien de la qualité paysagère

Préserver les zones agricoles.

Soutenir l’agriculture de proximité pour la reconstitution des circuits courts.

Encourager la reconversion de friches en cultures.

Accompagner les équipements nécessaires à l’activité agricole : hangars, serres… dans leurs formes, dimensions, matériaux…

Encourager la réhabilitation des bâtiments d’exploitation traditionnels et la préservation des petits éléments : puits, cabanons, canaux, murs en pierre…

Département des bouches-du-rhône - Copyright © 2022

Hôtel du Département  – 52 avenue de Saint Just, 13 256 Marseille Cedex 20